Publications Médicales

Une étude trouve des dommages de nerfs dans le CRPS-I (SDRC de type 1) : La réduction des petites fibres nerveuses peut être à la base du syndrome douloureux régional complexe de type 1.

Boston, 30 janvier 2006 : Des chercheurs de l' hôpital général du Massachusetts (MGH) ont trouvé la première évidence d'une anomalie physique fondamentale dans l'état chronique de douleur appelé la dystrophie sympathique réflexe ou le syndrome douloureux régional complexe (CRPS-I/SDRC de type 1). En février dans le journal de la douleur, ils décrivent avoir trouvé que la peau affectée par la douleur de CRPS-I a perdue de fines petites fibres nerveuses, un changement caractéristique d'autres syndromes neuropathique de douleur.

« Cette sorte de dégénération des petites fibres nerveuses a été trouvée dans chaque condition de douleur de nerf jamais étudiée, y compris la névralgie postherpétique, les neuropathies associées au diabète et l'infection de HIV, "dit Anne Louise Oaklander, MD, PhD, le directeur de l'Unité de Blessure de Nerf MGH, qui a mené l'étude." « Les dégâts de nerf dans ces conditions ont été beaucoup plus sévères, ce qui explique peut être pourquoi il a été si difficile de détecter des dommages de nerf dans le CRPS-I. »

Le syndrome douloureux régional complexe est le nom actuel pour une condition embarrassante d'abord décrite au 19ème siècle où quelques patients sont laissés avec la douleur chronique sévère et d'autres symptômes - gonflement, transpiration excessive, changement de couleur de peau et température - après ce qui peut être des dommages assez mineurs. Le fait que la sévérité des douleurs des patients est hors de proportion avec les dommages originaux est un cachet du syndrome et a mené plusieurs pour douter si les symptômes des patients étaient causés par la lésion ou par un désordre psychologique. La douleur non liée à des dommages connus de nerf est appelée le CRPS-I (SDRC de type 1) alors que des symptômes suivant des dommages à un nerf important est appelé le CRPS-II (SDRC de type 2).

Puisque les fines petites fibres de nerf transmettent des messages de douleur et commandent la couleur et la température de peau et parce que des dommages à ces fibres sont associés à d'autres désordres douloureux, l'équipe de recherche de MGH a présumé que ces fibres pourraient également être impliquées dans le CRPS-I. Pour étudier leur théorie ils ont étudié 18 patients de CRPS-I et 7 patients de référence présentant des symptômes chroniques similaires connus pour être provoqués par l'arthrite. De petites biopsies de peau ont été prises sous anesthésie du secteur le plus douloureux, d'un secteur non affecté de douleur sur le même membre et d'un secteur non affecté correspondant de l'autre côté du corps.

Les biopsies de peau ont montré cela : la densité des fines petites fibres de nerf dans les patients de CRPS-I a été réduite de 25 à 30 pour cent dans les secteurs affectés comparés aux secteurs inchangés. Aucune perte de nerf n'a été vue dans les échantillons provenant des participants de référence (arthrite), suggérant que les dommages aient été spécifiques à CRPS-I, et non pas dans la douleur en général. Les essais de fonction sensorielle exécutée dans les mêmes secteurs ont constaté qu'un contact léger ou une brise légère allaient plus probablement être perçus comme douloureux dans les secteurs affectés de patients CRPS-I que dans les secteurs inchangés, indiquant aussi la fonction neurale* incorrecte. (*neurale : se dit des cellules du système nerveux).

«Le fait que le CRPS-I (SDRC de type 1) a maintenant une cause identifiée le prend hors du royaume de la prétendue « maladie psychosomatique.» Un des grands anéantissements des patients de CRPS-I a été le manque d'explication pour leurs symptômes. Beaucoup de personnes sont sceptiques de leurs motivations, et quelques médecins sont peu disposés à prescrire des médicaments de douleur quand la cause de la douleur est inconnue, « dit Oaklander. « Nos résultats suggèrent que les patients de CRPS-I devraient être évalués par les neurologues qui se spécialisent dans les dommages de nerf et soient traités avec les médicaments ou les procédures qui ont prouvés leur efficacité pour d'autres syndromes de douleur de dommages de nerf. » Elle ajoute que les prochaines étapes de recherches devraient étudier pourquoi certaines personnes ont le CRPS après des blessures qui ne posent pas de problèmes à long terme pour la plupart des patients, déterminer la meilleure façon de diagnostiquer le syndrome et évaluer des traitements potentiels.

Elle ajoute que les « investigations qui identifient les causes de la maladie sont seulement possibles si les patients sont disposés à venir au laboratoire pour permettre aux chercheurs de les étudier, ». «Nous sommes énormément reconnaissants à ces patients de CRPS, dont la volonté de les étudier - en dépit de leur douleur chronique - nous a permis de faire une étape importante en aidant ceux qui souffrent de cette condition. » Oaklander est un professeur auxiliaire d'anesthésie et de neurologie à l'école médicale de Harvard.

L'étude a été soutenue par des subventions des fonds de premier mai*, de l'institut national pour les désordres neurologiques, et de la fédération américaine pour la recherche sur le vieillissement. Les co-auteurs sont Julia Rissmiller, Lisa Gelman, Li Zheng, MD, PhD ; Yuchiao Chang, PhD ; et Ralph Gott, tout les MGH. (*Les fonds de premier mai sont consacrés à alléger l'incidence, le degré et la conséquence de la douleur physique humaine).

L'hôpital général du Massachusetts a été établi en 1811, est l'original et le plus grand hôpital d'enseignement de faculté de médecine de Harvard. Le MGH conduit le plus grand programme de recherche de base des hôpitaux aux Etats-Unis, avec un budget annuel de recherches de presque 500 millions de dollars et les centres principaux de recherches dans le SIDA, la recherche cardiovasculaire, le cancer, la biologie cutanée, la formation d'imagerie médicale, les désordres neurodégénératifs, la biologie de transplantation et la photomédicine. En 1994, MGH et Brigham et l'hôpital des femmes nous ont rejoint pour former le partenariat du système de soins de santé, un système intégré de la livraison de santé comportant les deux centres médicaux universitaires, hôpitaux de spécialités et de communautés, un groupe de travail de médecins, et des services de sécurité sociale.

Source en anglais :

http://www.massgeneral.org/news/releases/013006oaklander.html

 

-------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Christine M. 2003-2011 Copyright ©